par Antoiy, Gabin, Simon

9h30 : conférence de rédaction au collège puis visite rapide des locaux de France 3 à la Gare d’Eau « C’est énorme et très intéressant de savoir à quoi servent toutes ces grosses machines et de découvrir tous ces métiers » (Simon). Denis a pu nous montrer comment marchait une caméra. « Ça pèse près de 10kg et il faut la porter pendant des heures (!!) et ça coûte très cher« . (Simon). On est revenu à France 3 plus tard dans la journée et nous y avons vu le plateau du tournage, la régie, les tables de mixage.

11h : rendez-vous avec M. Weil, un grand sportif depuis 40 ans environ en fauteuil. Il nous a parlé de l’histoire du handisport, de son évolution. Il nous a montré des photos de lui quand il joue au tennis fauteuil mais pas de démonstration car ce jour-là, au TGB, il y avait un tournoi de tennis. Dommage!!

12h30 : RDV à l’école Viotte avec M. Monnier du comité régional handisport, Jason Lebée, animateur périscolaire et Ludo de l’équipe de basket de Franche-Comté.  Tous 3 faisaient ce jour-là une sensibilisation au handicap aux élèves de CM1/CM2. On les a vu jouer au torball (sport pour aveugles et malvoyants) et au hand-fauteuil (avec un foulard). « Tout le monde a bien réagi face à notre présence, ils ne semblaient pas avoir la pression des caméras » (Antoiy).

14h : restaurant!!

15h : rencontre avec Christine Bouquin en personne, la Présidente du Doubs ! Elle nous a parlé de l’inscription du Doubs pour les Jeux Paralympiques de 2024. On a même eu droit à une visite du Conseil Départemental. « Super gentille, disponible et à l’écoute » (Simon).

17h45 : dernier rendez-vous aux Salins de Bregille avec une entraîneuse de danse-fauteuil, Mme Quinnez. Ludo était présent aussi. On lui a posé plein de questions. « J’ai trouvé émouvant ce qu’elle nous a dit ; je n’oublierai jamais les choses magnifiques que j’ai entendues et vues » (Antoiy).

« Grosse fatigue le soir (on a terminé vers 19h) mais belle journée. Merci! » (Gabin)

« Stress le matin mais une fois dans l’action, j’étais détendu. Bonne ambiance avec les copains et les gens qu’on a rencontrés étaient accueillants et gentils. » (Simon)

« Et puis il y a moins de pression car ce n’est pas du direct. Si on se trompe, ça peut être coupé au montage« . (Simon)