Une fois n’est pas coutume ! Cette fois-ci, place aux parents de quelques élèves de 4ème pour nous parler de leurs ados pendant le confinement…

Merci pour leur contribution et leur franchise…

Source: Occitanie. mutualite.fr

« J’ai trois enfants, dont 2 ados. Les réactions sont très différentes et les difficultés à gérer aussi …. La gestion des écrans a été assez compliquée ( « Non, tu n’es pas le seul ado sur cette terre à subir un contrôle parental et non, ce n’est pas parce qu’on est en confinement que c’est une raison pour l’enlever car a priori,  il n’y a rien d’autre à faire!« ) . Difficile à supporter et la tentation de céder parfois était bien présente.

Pendant ces quelques semaines, les enfants ont été très créatifs : peinture, couture, musique et cuisine. Il a été très plaisant pour tout le monde de se retrouver autour de projets créatifs divers qui nous rassemblaient pendant quelques heures, quelques jours…. Pour ce qui est du travail scolaire, j’ai dû leur faire confiance (devrais-je le dire?) au tout début du confinement: ils ont bien assisté aux différents classes virtuelles proposées, ont fait preuve d’une certaine autonomie ( et heureusement, je n’étais pas toujours disponible car prise par mon travail…). Cependant, il était parfois  difficile de les (re)motiver après quelques semaines « .

Ce qu’il y a avec les ados, c est que rester à la maison ne signifie pas se couper du monde.
Ils se sont organisés de manière totalement naturelle, intuitive une nouvelle vie sociale.
Grâce au portable et aux jeux en ligne, le contact est permanent avec leurs copains, les cousins. C’est fou comme ils sont imaginatifs sans même s’en rendre compte.
Bien sûr que le confinement est pesant et ennuyeux à la longue et que le contact réel manque mais malgré tout, pour eux , la vie continue et garder le contact avec les autres leur est primordial.
Quand nous organisons nos journées autour de rangements, de choses que l’on n’a pas eu le temps de faire, de lecture et de repos, eux vivent au travers du numérique car l’important est de pouvoir tchatter de manière continue malgré le confinement…

Source : Skyrock

« Je suis soignante au CHU de Besançon et donc j’ai travaillé normalement. Enfin, presque normalement car je suis puéricultrice aux urgences pédiatriques et nous avons vu, mes collègues et moi-même, notre activité chuter. Nous sommes passés de 70 passages/jour à 10-20.

Juste pour dire que la période a été particulièrement mouvementée et, paradoxalement, calme pour moi.

Devant ce peu d’activité et les informations extrêmement inquiétantes que nous avions, je me suis portée volontaire pour aller en renfort en réanimation adulte (j’avais 8 ans d’expérience dans ce service). J’y travaille depuis le 30 mars.

Auparavant , j’ai dû suivre une formation de remise à niveau de 2 jours et revoir mes protocoles.

Gros stress ! Je n’ai pas été très disponible à la maison pendant une petite semaine.

A la maison, je suis seule avec 4 adolescents (13, 16, 19 et 19 ans) ; mes trois enfants et la petite amie de mon aîné qui a voulu être confinée avec nous. Donc, le temps de m’organiser, je suis sortie faire des courses presque tous les jours au début pendant qu’ils prenaient leurs marques à la maison.

J’ai tout d’abord couru chercher une tablette supplémentaire au collège car nous n’étions pas assez équipés et j’ai acheté une imprimante aussi mais je n’ai pas trouvé d’encre. Ensuite j’ai essayé de suivre les devoirs mais faute de temps et de lisibilité (Pronote c’est vraiment rebutant), j’ai abandonné.

Mes ados se débrouillent comme ils peuvent et s’aident entre eux. Moi je gère les courses, les repas, le linge, le potager, le boulot et ma maman de 80 ans. Tous les samedis, nous faisons un grand ménage ensemble et ils gèrent un repas du soir/semaine à tour de rôle.

En plus de cela, ils entretiennent (sic) leur chambre et les wc/salle de bain et m’aident à la cuisine quand j’en ai besoin.

J’ai été très surprise de leur bonne humeur et de leur entente. Ils ont toujours été très proches mais là, franchement, ça m’épate. On rigole vraiment bien, on a ressorti plein de jeux de société et on commence à être performants au tarot !

C’est amusant de voir les différences de caractère. Ma fille reste enfermée dans sa chambre où une vache ne retrouverait pas son veau. On s’y est tous mis pour la faire sortir et … ça marche !… Un peu. J’essaye de partager une activité par semaine avec elle (couture, jardin, balade…). Il y a quand même des frictions parce que je cours partout et j’ai du mal à supporter son survêtement et ses cheveux en bataille.

Mon petit couple d’amoureux m’inquiète un peu ; je trouve qu’ils sont trop l’un sur l’autre à mon goût. Mais bon, on verra bien. De toute façon, ils sont en prépa maths et physique et ils bossent comme des tordus. Je ne sais pas à quoi ressemble leur chambre mais des piles de linge sale arrivent régulièrement à côté de la machine à laver.

Et mon dernier fait des tractions, des jeux vidéos (yeux carrés) et prépare très mollement son bac français. Je l’aide comme je peux, mais franchement c’est pas facile. Il a une rigueur toute militaire pour le rangement de sa chambre : chaque chose à sa place, on pourrait manger par terre !

Leurs copains leur manquent mais ça va plutôt bien.

Pour moi ce qui a été très dur, c’est le décès de mon père après 3 semaines de fermeture aux visiteurs de sa maison de retraite. Il était grabataire et très fragile et n’a pas résisté au covid. Son décès était plus ou moins attendu (alzheimer, insuffisant respiratoire, cardiaque et rénal, diabétique…) mais il y a eu une mise en bière immédiate. On était 7 à l’enterrement, faute d’informations fiables au début de la crise, il a été incinéré contre ses dernières volonté. Je suis allée 3 fois à Reims (où résident mes parents) pour soutenir ma maman et je n’ai même pas osé l’embrasser au début. Ensuite, on s’est dit tant pis et on s’est fait des câlins et maintenant j’attends avec angoisse la fin de la période d’incubation possible. »

Source : Educatout.com